#synod2018 La joie de la synodalité !

Alors que le synode arrive à sa fin, nous avons vécu ce jeudi 25 octobre un pèlerinage de 6 km qui s'est terminé à la Basilique Saint-Pierre par la profession de foi avec le Pape devant le tombeau de Saint-Pierre puis la messe à Saint-Pierre présidée par le Cardinal Baldisseri, secrétaire général du synode, en présence du Pape François. Cette expérience belle et forte de marche ensemble sous le soleil, jeunes, évêques, cardinaux, auditeurs et experts, dans une grande simplicité et fraternité nous a fait vivre quelque chose du chemin d’Emmaüs en nous donnant d’expérimenter de manière forte la proximité du Christ parmi nous tout au long de ce synode.  Plongés dans la relecture de cette expérience synodale riche et intense, il nous est donné de goûter plus profondément la joie de la synodalité.

Mais qu'est-ce que la synodalité ? 
Comme l'a dit le Pape François, la synodalité est "une dimension constitutive de l'Eglise". Elle est en quelque sorte une propriété de l’Eglise découlant de sa nature communionelle en ce sens qu'elle s'enracine dans le mystère trinitaire et permet l'instauration d'une plus grande communion effective. Elle se présente comme une forme appropriée de l’exercice de la collégialité qui passe par un processus de consultation à travers un discernement dont la visée est intrinsèquement missionnaire et communionnelle. Car le processus synodal qui fondamentalement écoute commune de l’Esprit à travers l'écoute de chacun est une manière de "marcher ensemble" dans une même dynamique en cherchant un consensus. 
La synodalité se vit dans la foi et ne peut se réduire à une mécanique de parlement démocratique. L’accord ou la symphonie visé par la synodalité, en termes grecs est un effet de la présence du Christ qui est à l’œuvre par l’intermédiaire de son Esprit. C'est pourquoi il est difficile de trouver les mots pour rendre compte de cette profonde expérience spirituelle et ecclésiale qui nous fait appréhender plus avant le mystère même de l'Eglise et de la vie trinitaire. La structure synodale de l’Eglise est un principe constitutif, un don de l’Esprit-Saint. Elle fait partie de l’être ecclésial en vertu même de son fondement eucharistique trinitaire. Ainsi un synode se célèbre, il s'ouvre et se clôture par une Eucharistie. Car la synodalité a un lien intrinsèque à l’Eucharistie, matrice et modèle de toute assemblée ecclésiale, nécessairement communionnelle. 
Enfin la synodalité est articulée et corrélée à la primauté. C'est le Pape François qui préside le synode. Celui-ci est avant tout au service de la collégialité et le document final qui est en train de se finaliser est d'abord destiné au Pape, car le synode des évêques est d'abord une instance de conseil pour le Souverain Pontife afin de l'aider dans l'exercice de son ministère. C'est pourquoi sa présence, simple et discrète, et à l'écoute, joue un rôle si important. 
La synodalité est un vrai cadeau, je vous souhaite à tous de vivre toujours davantage là où vous êtes cette expérience de l'Eglise synodale qui est de l’ordre de la communion missionnaire !

Popular posts from this blog

Quelques enjeux et défis pour le synode des jeunes

A quoi ressemble concrètement une journée de synode?